Le pousse-pousse

Publié le par Seheno

Je viens de finir un livre du philosophe et humoriste Lao she. J'entends par là que cet écrivain une fois de plus a su avec beaucoup d'ironie, d'humour et de simplicité narrer  la vie d'un tireur de pousse-pousse en Chine. Comme toujours, à travers le récit d'une vie, il sait décrire avec précision le monde d'injustices qu'est son pays, ses traditions,  la difficulté à y vivre quand on est pauvre, spécialement en Chine où vraiment la vie d'un être humain n'a aucune valeur, la cupidité de l'être humain, la corruption.

La force de cette histoire, c'est celle de son auteur: sa capacité à raconter des anecdotes drôles autour de personnages fictifs tellement réalistes: le petit peuple de Pékin qui trime pour survivre, qui tous les jours se bat pour manger son bol de riz, qui n'a pas d'autre de choix et qui mourra aussi pauvre qu'à sa naissance avec la santé en moins.

Bref à lire cela, on aura peur de passer un mauvais moment de lecture où l'esprit de Noël est loin d'être présent (c'est un euphémisme), où tout est noir et sans espoir de rose.





Cela dit, je le conseille tout de même parce que c'est le plus célèbre roman de Lao She, parce qu'après l'avoir lu, on aura sûrement moins tendance à se plaindre de la dure vie parisienne (au moins pendant 1 journée lol), parce qu'on sent la tendresse de l'écrivain pour ces petits métiers et parce que lire c'est toujours voyager et ouvrir son esprit. Je vous invite donc à rejoindre les aventures du jeune  Siang-tse dans le pékin des années vingt et trente dont le rêve est de  posséder son propre pousse-pousse. 

Publié dans Lectures

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article