La toile du jour: La vie des autres

Publié le par Seheno



Après "Blood Diamond" que j'ai beaucoup apprécié, c'est "La vie des autres" que j'ai eu envie de voir. Sur Allociné, les spectateurs l'avaient plesbicité avec 4 étoiles, soit plus que le film du malheureux Di Caprio sans oscar qui s'en tire avec 3 étoiles.

Cela dit, je partage largement les votes du public concerant "La vie des autres".

Au début, le décor du film assez gris, terne  et monotone, le visage inexpressif de Wiesler l'acteur principal et la version originale du son en allemand ne sont pas pour me rassurer sur la capacité du film à m'intéressser. De plus, au fur et à mesure que les minutes passent, mon aversion pour ce Wiesler, antipathique au possible, augmente.

Mais petit à petit mon intéret pour l'histoire grandit: dans les années 80, en Allemagne de l'est, un couple d'intellectuels, un  écrivain (Georges Dreyman)  et une comédienne de théâtre (Christa-Maria Sieland), attirent l'attention de la Stasi, la police secrète chargée d'enquêter sur les ennemis de la RDA. En effet, même si rien ne les trahit, ils sont suspectés de ne pas adhérer aux idées du parti.
Très vite ils sont mis sur écoute dans leur propre appartement sous la responsabilité de l'impitoyable Wiesler, membre fidèle et dévot de la Stasi, aguerri aux techniques d'espionnage et d'interrogatoire.
Au fil des jours, il entre dans leur intimité, observe leurs déplacements, découvre leurs activités. Il comprend très vite que son rôle dans cette enquête sera crucial pour son avenir et celui du couple.

Je n'en dis pas plus, je crois que j'en ai assez dit. Ce film vaut vraiment la peine d'être vu, déjà parce qu'il est historique et nous replonge (pour ceux qui étaient nés !)  dans les années RDA/RFA, avant la chute du mur de Berlin. Et c'est rare des voir des acteurs allemands qui n'endossent pas l'habituel rôle de méchants nazis.


Ce film  n'a pas du tout volé son oscar du meilleur film étranger.

Une dernière phrase pour finir, s'il fallait un mot pour résumer le film, ce serait émotion.

Publié dans Cinema

Commenter cet article